Avertir le modérateur

06/01/2011

«Le podium du Dakar, c'est fini pour moi...»

CIMG6028.JPG

«Salut, c'est Guerlain,

Je suis tellement déçu... On a eu plein de problèmes avec cette voiture. Aujourd'hui, ça marchait bien, Michel avait bien préparé le road book. On tirait la bourre à Carlos Sainz et Stéphane Péterhansel. Je suis arrivé dans la poussière de la voiture de devant. Elle ne m'a pas laissé passer. C'est jamais évident, dans le stress, de faire la part des choses. On était à deux à l'heure, je ne voyais rien. Et la voiture est descendue dans un trou. Je n'ai rien vu. Impossible de la sortir. Une voiture s'est arrêtée pour me tirer et ça n'a pas marché. Des pilotes moto m'ont aidé aussi, mais ça n'a pas marché. Puis une voiture d'assistance rapide est arrivée une demi-heure après. Le temps qu'elle soit là, beaucoup de voitures sont passées.

Maintenant, le Dakar est fini pour moi. Le podium, c'est terminé, c'est clair. Quatre, cinq, six, c'est bien, mais bon, ce n'est pas à ça que j'aspirais. Un an de travail pour être là... On a manqué un peu de réussite. Les performances étaient là, mais ça n'a pas voulu le faire. Bon, le Dakar n'est pas fini, loin de là, mais pour l'instant j'ai un peu envie de l'oublier. J'aimerais être chez moi, sans rien faire. Il faut que je me retrouve une motivation pour continuer à rouler. C'est dur à encaisser. Là, je vois les choses en noir parce que j'ai les boules. Sur le coup j'ai du mal à voir le positif. Mais je me connais, je vais rebondir.

A demain.»

05/01/2011

«Je suis tombé sur un taré à l'hôtel»

CIMG5956.JPG

«Il m'est arrivé un truc de fou, hier matin. Je suis tombé sur un taré à l'hôtel. Je me lève vers 6h15, et un mec était à genoux en train de prier devant la porte de ma chambre. Il devait avoir 35 balais. Le mec voulait absolument que je prenne sa main et que je la mette sur sa tête. Il parlait à moitié espagnol, moitié anglais, je ne comprenais rien. Tu sentais qu'il était flippant, tout tremblant, en panique. Je me suis dit: "Il est sous coke ou sous ecstas, c'est pas possible". Il a voulu me prendre dans ses bras, alors je suis parti. Il m'a couru après dans le couloir, en hurlant: "Faut que je te parle, faut que je te parle!» Il m'a fait vraiment peur.

Alors au petit déjeuner, je vois Stéphane (Péterhansel) et je lui raconte l'histoire. Et il me dit que lui aussi a vécu un truc dingue. Sûrement avec le même mec. Dans la nuit, quelqu'un l'appelle à 4h du mat' en panique. Il pleurait à moitié en lui disant que c'était son idole quand il faisait de la moto. Il fallait qu'il lui parle, qu'il le voit... Stéphane lui dit: "Mais t'es fou, tu viens de me réveiller". Puis il a raccroché...

Sur le rallye, tu vois souvent des gens fous ici. Le Dakar déclenche vraiment l'hystérie. Les gens sont fanatiques et tu vois des trucs comme ça... En tout cas, celui-là m'a vraiment foutu la trouille. Des tarés comme ça j'en ai rarement vu.

A bientôt,»

Guerlain

03/01/2011

«150 bornes dans la poussière d'un mec, c'est interminable»

CIMG5757.JPG
«Salut, c'est Guerlain.

J’ai pris un coup au moral dimanche et il fallait que je le digère. Je suis reparti motivé à bloc. Ça s’est bien passé. On a fait un bon chrono puisqu’on double dix ou onze bagnoles. Mais pas celle de Christian Lavieille. Il est parti dix minutes avant moi. Je l'ai rattrapé et il ne m'a pas laissé passer. Ce n'est pas la première fois qu'il fait ça. Et ce n'est pas qu'avec moi. Il ne laisse pas passer. Je ne suis pas le premier à avoir des histoires avec lui. Je ne vais même pas aller le voir parce que ça ne sert à rien. Il va dire qu'il ne m'a pas entendu. Dans trois villages, j'étais à moins de 100m de son cul et à chaque fois, il repartait comme une balle.

150 bornes dans la poussière d'un mec, c'est vraiment très, très long. C'est interminable, sans compter les risques inconsidérés que tu prends. Si quelqu'un va plus vite que toi, ton système sentinelle sonne dans la voiture. C'est impossible de ne pas l'entendre. Alors il l'a peut-être coupé, mais c'est interdit. T'es sensé laisser passer. Il a fait des conneries en roulant plus vite. Il se met en danger, il m'énerve et c'est stupide. Deuxième jour de course et je suis déjà énervé contre lui. Malheureusement, sur le rallye, on va se recroiser. Et je peux vous dire que si il est dans ma situation un jour, il va attendre. C'est con. Je ne vais pas porter réclamation parce que c'est toujours mieux de s'expliquer sur la piste.

A bientôt!»

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu