Avertir le modérateur

02/01/2011

«Je vais être dans la galère»

CIMG5691.JPG

«Salut, c'est Guerlain. Je viens d'arriver à Cordoba. Aujourd'hui, j'ai vécu une sale journée avec un gros problème en milieu de spéciale. Je n'avais plus trop de freins, j'ai essayé de les forcer à refroidir. Ça n'a pas suffi. Peut-être qu'ils étaient déjà morts. J'ai continué à rouler comme ça, en y allant cool. Mais les disques ont pété. J'étais à pleine vitesse. Tout est parti dans les roues, ça les a bloquées. Il fallait casser out l'arrière de la voiture pour réparer. Jai essayé d'enlever les disques bloqués avec un pied de biche qui m'a bien aidé. Et je suis rentré au ralenti.

Maintenant, il faut qu'on comprenne ce qui a merdé. Normalement il y a une alarme qui se déclenche quand les freins dépassent 100 degrés. Là, il n'y en a pas eu. Il n'y a pas eu de refroidissement. J'ai senti la pédale de frein un peu mollassonne mais c'était trop tard.

Ce n'est pas dramatique, mais quand tu as une merde comme ça, tu payes la TVA le lendemain et le surlendemain. Lors des prochaines spéciales, on va partir très loin, ce sera difficile de doubler. Je vais devoir remonter tranquille. Je vais être dans la galère jusqu'à ce qu'on atteigne les grandes étendues du Chili. C'est un peu cher comme sanction d'entrée sur la première spéciale.

Je n'espère pas gagner cette année parce que la voiture est toute neuve. Mais j'espère qu'elle fasse quelques belles places. Le rallye ne fait que commencer et rien ne m'empêche de réussir des spéciales, pourquoi pas d'en gagner quelques-unes. Ce n'est pas le premier coup dur, ni le dernier. Il faudra être solide, repartir. Je ne sais pas si j'y suis pour grand-chose. Sur une spéciale come celle-là, j'ai passé mon temps à regarder les températures. Je redoutais la surchauffe. Je n'étais pas trop fixé sur mon pilotage et ce que je ressentais dans les freins. Si j'avais été en condition de course normale, je l'aurais senti. Mais j'étais tellement focalisé sur le reste, stressé...»

CIMG5698.JPG
CIMG5693.JPG

01/01/2011

«En Argentine, les gens vivent le Dakar à fond»

CIMG5658.JPG

«On y est. Aujourd'hui, c'est le départ, avec le défilé depuis l'Obélisque de la place du 9 Juillet. Il y aura encore un monde fou pour nous applaudir. J'adore être dans ce pays. Peut-être parce que j'ai une bonne cote auprès des Argentins. Je fais partie de ceux qui disent que l'Argentine mérite vraiment le Dakar. Je trouve qu'il a plus sa place ici qu'en Afrique parce qu'il y a une vraie ferveur pour le sport auto. Je ne dis pas que ce n'est pas le cas en Afrique. Mais l'engouement n'est pas comparable.

Perso, je trouve qu'on est mieux ici. Ça ne plaît pas forcément aux vieux de la vieille qui regrettent l'Afrique, mais j'assume ce que je pense. Ici, c'est le truc annuel à ne pas rater. Des fois, pendant les liaisons sur l'autoroute, tu as des gens autour de toi pendant 300 bornes. C'est un truc de fou. Tu sens que les gens vivent le Dakar à fond.»

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu